Les tingshas : Cymbales tibétaines traditionnelles

Les tingsha sont des cymbales métalliques ornées utilisées dans les rituels spirituels bouddhistes du Tibet.

Il existe trois principaux types de cymbales tibétaines. L’une est en bronze, l’autre en laiton et la dernière en cuivre. Les cymbales en bronze sont les plus prisées et sont utilisées lors de cérémonies importantes. Les cymbales en laiton sont plus abordables et sont utilisées pour les rituels des novices. Les cymbales en cuivre sont utilisées par les débutants et sont également très abordables.

Elles sont utilisées comme des cloches et sont frappées à l’aide d’un maillet ou d’une autre manière pour créer un tintement ou une sonnerie. Le son des cymbales signifie le début d’un rituel et est également utilisé pendant une partie importante d’un rituel.

Quelle est la principale signification des Tingshas ?

Leur signification et leur importance sont tirées des écritures bouddhistes. Les textes bouddhistes chinois et d’autres textes spirituels en parlent.

Dans le sutra Prajna Paramita, un bouddha explique à un disciple comment atteindre la Bodhi, ou la plus haute illumination. Une partie du processus pour atteindre cette illumination consiste à comprendre le son de la cymbale. Il s’agit d’une métaphore. Le son est destiné à être une métaphore du son de l’âme. Le « ding » ou « dong » est le son de l’esprit et le « tong » est le son du corps. Lorsque les deux sont mélangés, on dit qu’ils sonnent comme la cymbale tingsha.

L’acte de fabrication des cymbales est une étape importante du processus métaphorique. Le monastère où elles sont créées doit être pur et libre de toute distraction. Le moine qui cherche à créer les cymbales doit s’abstenir de viande et de sexe. Une pièce spéciale est réservée à la création des cymbales (dans la plus pure tradition).

La création des cymbales est un processus difficile et sensible. Elles sont créées par un rituel de chauffage et de refroidissement qui est censé les purifier. La plupart du temps, cette opération est réalisée à l’aide d’une technique de soufflage du feu à la main. Parfois, cela se fait à l’aide de soufflets.

Les tingshas sont ensuite lavées à l’eau bénite, puis mises à sécher. Le moine doit s’incliner devant la cymbale, puis réciter une prière. Les cymbales sont alors prêtes à être utilisées dans un rituel ou une cérémonie spirituelle.

À quoi servent les cymbales tingsha ?

Les cymbales tingsha sont utilisées dans les rituels et les cérémonies de la tradition bouddhiste tibétaine. Elles représentent une partie importante du processus d’atteinte de l’illumination spirituelle et sont utilisées pour marquer le début ou la fin d’un rituel. S’ils sont utilisés à la fin d’un rituel, ils sont frappés une fois. S’ils sont utilisés au début d’un rituel, ils sont frappés cinq fois.

Ils peuvent être utilisés dans les cérémonies où il y a une divinité ou un Bouddha. Ils sont également utilisés dans des cérémonies spécifiques qui ont lieu chaque année. Lors de la cérémonie d’un dungrol, les cymbales sont frappées pour annoncer la nouvelle aux participants.

L’utilisation des cymbales au dung-dril

Elles sont également utilisées dans une cérémonie appelée le dung-dril. Il s’agit d’une prière pour les victoires sur les ennemis. C’est aussi une prière pour le bonheur du peuple. Les cymbales sont également utilisées pour expulser les mauvais esprits lors d’un rituel appelé bu-dril.

Dans le tantrisme, les cymbales sont utilisées dans un rituel important appelé le ganacakra ou le ga-na-tsa. Cette cérémonie est consacrée à l’utilisation des enseignements secrets du tantrisme. Elle a lieu à la fin d’une retraite de trois mois.

Elles sont utilisées dans les pratiques tantriques

Les tingshas sont également utilisées dans les pratiques tantriques. Elles sont utilisées dans une pratique appelée le cha-ja. Il s’agit d’un rituel tantrique dont on dit qu’il imite la création des mondes. Les cymbales sont frappées trois fois, puis lancées en l’air. Les mains de la personne qui les attrape sont ensuite lavées à l’eau et les cymbales sont remises à leur place initiale. Les mains sont également séchées avec un tissu.

Les cymbales sont parfois utilisées dans le culte de la Mère Tara. Elles sont frappées cinq fois pour montrer le son ou la nature de la Mère.

Au cœur de la tradition bouddhiste

Dans la tradition bouddhiste, les tingshas sont utilisées dans le dumna. Il s’agit d’une pratique très importante entreprise par les moines. Dans cette pratique, les moines se consacrent à un espace ouvert. Ils sont dépouillés de toutes leurs possessions et passent ensuite cinq jours dans cet espace. Au coeur cet espace, ils doivent méditer et réciter les prières du Dharma.

Comment utiliser les cymbales tingshas ?

Les cymbales tingsha sont utilisées lors de rituels ou de cérémonies bouddhistes.

Dans la tradition bouddhiste tibétaine, les cymbales tingsha sont utilisées au début et parfois à la fin d’une cérémonie. Pendant un rituel, une cérémonie ou un cérémonial, les cymbales tingsha sont frappées cinq fois. Si la cérémonie a lieu à la fin d’une période de retraite de trois mois, elles sont frappées trois fois. La personne qui frappe la cymbale doit être pure et sainte.

Ma playlist de relaxation / méditation

Si vous souhaitez écouter une musique florale, relaxante, voici la playlist que j'écoute très régulièrement pour méditer et faire mes séances de Yoga par exemple.

Posez-moi toutes vos questions

Vous venez de débuter votre expérience dans la méditation / relaxation ? Vous souhaitez évoluer dans votre apprentissage? Pour toutes vos questions, je tenterais d'y répondre du mieux possible.

Le magazine Yin-et-yang.fr

Tous nos articles liés à la relaxation / méditation / zen attitude

Sorry, no posts were found.

yin yang spiritualité

Yin-et-yang.fr est un site ayant comme but de vulgariser les expériences autour de la relation, méditation, entre exercices de respiration, des techniques de Yoga pour débutants et utilisateurs avancés.

Contact

Company Name

Address